Je suis une adulte qui colorie, et alors?!

Par Ariane Mimeault.

Le stress : la maladie du siècle. Qui n’en est pas atteint? Tout nous pousse à être stressé de nos jours: nous vivons dans une société qui valorise beaucoup la performance et la compétition, deux aspects qui nous mettent inévitablement sous pression pour arriver à répondre aux attentes et à se démarquer. De plus, le fait d’être continuellement bombardé d’informations de toute nature via les réseaux sociaux nous surcharge les neurones, qui trouvent de plus en plus difficilement le repos. Comment faire pour arriver à s’extraire de ce cercle anxiogène qui nous empêche de bien dormir la nuit?

Je n’ai pas de recette miracle à donner malheureusement. À chacun de trouver son petit exutoire pour se dégager de ce tourbillon dans lequel il est si facile de tomber. Le mien ne fait pas l’unanimité dans mon entourage. Je vois bien, au regard cynique de certains, qu’il est jugé comme une perte de temps. Je colore voyez-vous. Eh oui, à 45 ans!

Crédit : Robert_C / Pixabay.com

Même si ce loisir est très à la mode (la quantité de cahiers à colorier qu’on nous propose partout en fait foi), je sens le jugement autour de moi à chaque fois que je sors mes crayons. Pourquoi? C’est bébé? Ça ne sert à rien? Euh, au contraire! Ça sert à ventiler les inquiétudes, les frustrations, les déceptions, car en me concentrant sur les couleurs à appliquer, je ne pense plus à rien d’autre. Ça m’apaise, me détend. Oui, oui, dé-tend! J’évacue le stress au fur et à mesure que le noir et le blanc disparaissent sous le bleu, le jaune, le rouge… Ça rétablit un peu l’équilibre dans le flot continue de pensées qui m’assaillent en les mettant sur pause, le temps de revisiter mes vieux Prismacolor.

Pourquoi ce serait risible? Parce que ce n’est pas assez spectaculaire, genre yoga la tête en bas, ou demi-marathon, ou tapis crocheté en laine d’alpaga? Attention, je ne me moque de personne ici, je dis seulement qu’il n’y a pas de charte qui classe les loisirs selon leur degrés de « pertinence ». Du moment que ça nous permet d’évacuer un peu de pression du quotidien, que ça nous fait du bien, où est le mal?

Crédit : the3cats sur Pixabay.com

Nous sommes si prompt à critiquer, condamner et juger n’importe qui pour n’importe quoi, ça finit par faire une drôle de dynamique entre êtres humains, vous ne trouvez pas? Avant de lever les yeux au ciel en voyant quelqu’un faire quelque chose qui nous apparaît futile, voir inutile, il faudrait peut-être se demander si cette personne n’est pas en train de prendre soin d’elle et de sa santé mentale par ricochet. Il n’y a rien de ridicule là-dedans, c’est plutôt sage et responsable je trouve.

Prenez soin de vous comme ça vous chante et tant pis pour les cyniques!

 

Publicités

Ariane a lu…

Par Ariane Mimeault.

J’ai lu…

Tout savoir pour composer avec les turbulences à l’adolescence  (et révéler l’être génial, fantastique et exceptionnel que tu es!)

Un ouvrage de référence pour aider notre ado à gérer ses émotions en dents de scie, ses remises en question, ses inquiétudes et angoisses, c’est plutôt bienvenue quand on ne sait plus par quel bout le prendre! On a beau être passé par là, les vieilles expériences de vie ne suffisent pas toujours pour démêler les nœuds existentiels de notre grand enfant. Que deux doctorantes en psychologie aient pensé écrire un livre destiné à cette catégorie d’âge est une idée de génie! Car face à cette période délicate, un parent se sent parfois bien démuni pour apporter réconfort et soutien à son adolescent qui lui tourne le dos…

Rédigé dans un langage simple et accessible, le livre s’adresse directement aux jeunes qui vivent des difficultés et ont besoin d’un coup de pouce pour arriver à voir plus clair. Il donne des méthodes et outils concrets pour se sortir de situations embarrassantes, paralysantes, inconfortables. Comment négocier avec l’incertitude ou comment se libérer de pensées obsédantes par exemple.

Il y a même des exercices pratiques pour mettre en place ces stratégies, car c’est ça le secret si on veut que ça marche : il faut le faire, pas juste le lire! Les rubriques « Souviens-toi » à la fin de chaque chapitre et le graphisme qui punche les éléments importants aident également à bien intégrer les notions et facilitent la lecture.

Au fil des pages, j’ai retrouvé des pistes de réflexion et trucs déjà vus en psychologie positive et en gestion des troubles anxieux. Des choses qui peuvent sembler relever du gros bon sens pour les adultes que nous sommes. Mais pour des ados qui ne sont pas familiers avec ce type d’approche, ce livre, qui est une forme d’introduction à la psychologie, peut être d’une aide précieuse. Pour certains adulescents aussi…

Sans blague, cette petite plaquette est suffisamment bien faite pour être consultée par toute personne qui traverse une zone de turbulences. À mettre dans sa bibliothèque pour le bénéfice de tous!

***Un merci spécial à Julie Philippon (alias Mamanbooh) grâce à qui cette lecture a été rendue possible et à Marie-Anne de chez Midi Trente pour sa collaboration spontanée.***

 

Tout savoir pour composer avec les turbulences à l’adolescence (et révéler l’être génial, fantastique et exceptionnel que tu es!)

par Isabelle Geninet et Amélie Seidah, doctorantes en psychologie

publié aux Éditions Midi Trente

Psst!