Crise de la trentaine!

Par Catherine Landry-Plouffe.

Le mois prochain j’aurai 29 ans. Selon plusieurs, c’est durant cette année qu’on vit la crise de la trentaine. Cette crise existentielle n’est certes pas vécue par tout le monde, mais lorsqu’elle l’est, on remet tout en question.

En regardant autour de moi, il me semble que la crise de la trentaine est vécue de deux façons. Pour certains, elle fait réaliser qu’ils ont atteint plusieurs de leurs objectifs de vie (maison, emploi, études, voyages, etc.). Toutefois, leur atteinte n’a pas toujours l’effet anticipé. Pour d’autres, elle fait réaliser qu’ils ne sont pas où ils l’auraient cru à cet âge.

De mon côté, je fais partie des premiers. Ma crise, je l’ai vécu de manière un peu précoce lors de mes 27 ans. Disons que ma dernière rupture amoureuse a provoqué les choses. Après ma séparation, j’ai tout questionné : mes valeurs, mon mode de vie, mes relations, mon choix de carrière, etc. Tout y est passé! C’est là que j’ai réalisé que depuis bon nombre d’années j’étais sur le pilote automatique ou plutôt sur les pilotes automatiques, qui étaient mes objectifs de vie (professionnels et personnels) et mes peurs. Ils dictaient mes choix et mes comportements.

Ces remises en question et les prises de conscience qui en ont découlées se sont concrétisées graduellement en changements dans ma vie. Le plus récent est de m’assurer que je fais les choses en étant dans le moment présent plutôt que dans l’anticipation de ce que je vivrai une fois que se sera terminé. Dorénavant, ce n’est pas l’atteinte d’un objectif fixé qui est important, mais le cheminement qu’engendre son atteinte.

J’ai fait ce constat en ayant atteint quelques-uns de mes objectifs personnels (études, emploi, etc.). Avec le recul, je réalise que la poursuite de leur atteinte m’a amené à ne pas porter attention aux occasions qui se sont présentées. En effet, j’ai les ai plutôt regardé passer en maintenant le cap vers mon objectif. Un exemple de cela est mon cheminement scolaire. Arrivée à l’université, mon objectif était de compléter mes études afin de devenir psychoéducatrice. Je trouvais l’idée de prendre une année sabbatique très intéressante, toutefois mon objectif et mes peurs (« peut-être que je ne voudrai plus retourner aux études », etc.) m’ont amenée à poursuivre sans pause.

Aujourd’hui, j’estime le fait d’atteindre mes objectifs personnels, mais j’ajoute la nuance de me questionner continuellement et de garder les yeux grands ouverts en cours de route.

L’élaboration d’un objectif personnel est donc le début d’un cheminement mais il n’est pas une fin de soi. Un concept qui s’applique tant dans ma vie personnelle que professionnelle, comme psychoéducatrice. Un détail important que M. Gilles Gendreau a également pris le temps de soulever dans son livre Jeunes en difficulté et intervention psychoéducative. Comme quoi les crises ont du bon!

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s