L’éducation à la sexualité à la maternelle

Par Eve Anabelle Saintonge.

Saviez-vous que le programme d’éducation à la sexualité du ministère de l’Éducation du gouvernement du Québec sera appliqué dans la majorité des écoles du Québec pour l’année scolaire 2017-2018?  En d’autres termes, les enfants de la maternelle au secondaire recevront une éducation à la sexualité à l’école. Ce projet est déjà mis en place dans quelques écoles et sera, si tout va bien, en force l’année prochaine[1].

Quand on entend les grands mots ‘’éducation à la sexualité’’ et qu’on l’associe à des petits d’âges préscolaires, les poils des bras (et même de la nuque) de plusieurs parents se dressent! Souvent, la première pensée qui nous vient à l’esprit est l’acte sexuel et nous nous demandons en quoi cela est nécessaire pour nos petits.

Or, l’éducation à la sexualité ne comprend pas seulement la mécanique des organes génitaux, mais un éventail de sujets importants. L’éducation à la sexualité inclut la connaissance de son corps, la puberté, les relations saines, la communication, le consentement, l’orientation sexuelle, l’hygiène, les désirs et les émotions, etc. Sans oublier nos valeurs culturelles, familiales et religieuses associées à la sexualité.

Ce sont tous des sujets qui contribuent à la prévention des abus sexuels et du développement d’une saine image de soi et une saine image corporelle. De plus, les fondements du développement égalitaire débutent à cette période. C’est à travers la discussion de ces sujets que se développe également la prévention de la violence, de l’exploitation sexuelle et du respect de la diversité sexuelle.

Mythe: Mais, si je parle de sexualité, je vais donner des idées à mes enfants et ils vont faire des comportements sexuels inadéquats pour leur âge?

Afin de croire à ce mythe, il faut premièrement croire que la sexualité est apprise et non innée. Les sentiments d’attirance sexuelle ne sont pas appris, mais bien naturellement présents chez les enfants et les adolescents.

Saviez-vous qu’aux États-Unis, les états qui offrent l’éducation à la sexualité ont un taux significativement plus bas de grossesses à l’adolescence comparativement aux autres états qui enseignent l’abstinence ?[2] En d’autres termes, peu importe l’éducation que l’on offre, les jeunes ont tendance à avoir des comportements sexualisés. La manière dont ils pratiqueront ces comportements et les conséquences de ces pratiques sont influencés par l’éducation qu’ils reçoivent.

Que vous soyez pour ou contre que l’État prenne la responsabilité de faire l’éducation à la sexualité des élèves, il en reste qu’il y a quelques questions que nous devons nous poser en tant que parents. Comment est-ce que je vais gérer ce ‘’sujet’’ à la maison ? Est-ce que je le lègue à l’État ou je le prends en charge ? Est-ce que je veux soutenir l’enseignement à l’école en ajoutant à ce que mon enfant reçoit ou je veux que mon enfant connaisse mon opinion et mes valeurs avant même qu’il commence l’école ?

Mythe: Mon enfant va être trop mal à l’aise pour parler de ce sujet avec moi.

Un tabou ou un malaise est un comportement appris par modelage. Votre malaise devant le sujet de la sexualité est observé par votre enfant et de ce fait, lui enseigne que socialement nous ne devons pas en parler.

La première étape est de se retourner vers soi-même. Quels sont mes malaises quant au sujet de la sexualité ? Quels éléments sont manquants dans ma propre éducation ? Quels sujets devrais-je régler personnellement ou avec mon partenaire ? Rappelons-nous que notre propre vie sexuelle a différents chapitres dans une vie et que notre expérience ne sera pas celle que vivra notre enfant.

Mythe: Je risque de traumatiser mon enfant si j’en dis trop.

Il est recommandé de dire les vraies choses plutôt que d’expliquer la sexualité avec des métaphores ou des termes qui ne sont pas exacts. Votre enfant réalisera rapidement que vous n’avez pas dit la vérité et fera davantage confiance aux autres pour se confier et trouver réponse à ses questions.

Quand et comment commencer à parler de la sexualité ? Dès la naissance ! Quoi ?!

Rappelez-vous qu’en tant que parents, nous devons premièrement développer des habitudes saines pour ensuite être un modèle pour notre enfant. Nous désirons créer l’habitude d’avoir une communication ouverte et saine où il n’y a pas de malaise. Ensuite, rappelez-vous que l’éducation à la sexualité inclut la connaissance de son corps, la puberté, les relations saines, la communication, le consentement, l’orientation sexuelle, l’hygiène, les désirs et les émotions, etc. Sans oublier nos valeurs culturelles, familiales et religieuses. N’oubliez pas qu’un enfant d’âge préscolaire ne cherche pas une réponse de calibre universitaire. Prenez le temps de comprendre d’où vient sa question. Pourquoi souhaite-t-elle avoir cette information ? Qu’est-ce qui l’a amené à venir vous poser cette question ?

Vous avez envie de paniquer puisque vous ne savez pas comment répondre. Pas de soucis, vous êtes encore un bon parent ! Respirez, rassurer votre enfant qu’il a une super bonne question et que vous voulez y répondre, mais plus tard quand vous aurez trouvé la bonne réponse. Planifiez ensemble un bon moment et respectez votre promesse.

Plusieurs manières existent puisque tous les parents et les enfants sont uniques. Comment discutez-vous de sexualité à la maison ?

[1] http://www.education.gouv.qc.ca/enseignants/dossiers/education-a-la-sexualite/

[2] http://www.upworthy.com/the-teen-pregnancy-rate-has-dropped-25-in-recent-years-heres-why

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s