La bête noire qui était censée gâcher ma vie

Par Dïana Bélice.

Depuis aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été timide. Ou selon le Larousse, un individu qui manifeste un manque d’assurance. Ça semble un peu raide comme définition, mais c’est totalement moi. Pour moi, rencontrer de nouvelles personnes ou exprimer mon opinion peut parfois être comparable à surmonter une montagne. Avec le temps, j’ai dû me rendre à l’évidence : ce que je vivais était plus que de la simple timidité. C’est en arrivant au cégep, assise sur les bancs du fameux cours d’initiation à la psycho, que j’ai découvert que j’étais une introvertie. Une personne avec une tendance à être tournée vers elle-même plutôt que vers le monde extérieur. Ouin. C’t’affaire là, c’est moi aussi.

Dans une société où le réseautage et l’entretien du plus de contact possible sont carrément une religion, on m’a souvent dit que je ne réussirais pas à faire de belles et grandes choses de ma vie. Que je n’aurais pas l’audace nécessaire pour réaliser mes rêves si je n’arrivais pas à prendre ma place. Mais ce n’est pas que ça. C’est aussi le fait que la bibitte étrange que nous sommes, nous introvertis, dérange. Combien de fois me suis-je fait reprocher, parce que je suis silencieuse, de ne pas apprécier les gens avec lesquels je me trouve ? Voir que je me dis : « le monde n’est pas prêt pour l’intellect de Dïana Bélice ! » Roulement d’yeux royal. Disons que j’me cré pas à c’point-là. En fait, il faudrait quoi ? Que je fasse autant de bruit qu’un millier de grains de maïs soufflé sur le feu pour prouver le contraire ? Meh… Selon moi, cette perception ramène aux insécurités de chacun. Le taciturne, on ignore ce qu’il pense. On ne le connaît pas, on a de la difficulté à le cerner : c’est clair que c’est pas bon signe ! Re-meh

Pendant un moment, je l’avoue, j’ai considéré mon introversion comme un défaut à combattre. Aussi bien dire que j’ai cru qu’il fallait que je change qui j’étais. Je me suis réveillée à temps. Les gens sont différents et atteignent leurs buts conséquemment. Et ce serait l’fun qu’on respecte ça.

Or, on s’en doute bien, rien n’est jamais si simple. On nous démontre sans cesse que la réussite tient d’une personnalité pétillante et déterminée, et surtout, charmante. T’as ça ? Hell yes, tu peux TOUT faire dans la vie ! Pendant ce temps, les introvertis sont dépeints comme des êtres égoïstes, sauvages, sans aucune habileté sociale, et qui, ni plus ni moins, détestent #lesgens. N’oublions pas, des fervents adeptes de Netflix (whaaaat ?)…15055856_955670007899816_4327456651260639777_n

 

J’avoue. J’adoooore Netflix. Mais faut pas nous prendre pour des freaks non plus. Et je tiens à préciser que je n’ai pas eu à boire pour engager des conversations.

 

14976439_955669911233159_410530184075112319_o

 

Tout ceci étant dit, aujourd’hui, j’écris. C’est mon métier. Et c’est ce que j’ai toujours rêvé faire de ma vie. J’y suis arrivée sans les mille une qualités supposément considérées comme des pré-requis obligatoires de réussite. Et sans les comptes Twitter ou Facebook qui se vouent exclusivement au soutien des introvertis qui ne peuvent pas survivre dans ce monde ô combien cruel. Vous irez y jeter un œil. Ça vaut la peine !

Finalement, la bête noire qui était censée gâcher ma vie et m’empêcher d’en faire ce que je voulais ne m’aura pas eue. La différence est une chance. C’est tout !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s