Est-ce que je passe assez de temps avec mon enfant?

Par Marie-Hélène Chalifour.

On est tous d’accord pour se dire qu’il est important, voire nécessaire, de passer du temps avec notre enfant. Avec notre rythme de vie parfois un peu fou, vous est-il déjà arrivé de vous demander comment vous alliez faire pour ajouter un moment de jeu à l’horaire ? Il n’est pas rare de lire que la qualité prime sur la quantité. Explorons ensemble cette affirmation.

D’abord, qu’est-ce qui fait qu’un moment parent-enfant est considéré comme « nourrissant » ? Parfois, on peut passer une journée complète avec nos enfants autour de nous et réaliser, à la fin de la journée, qu’on a été plus le gestionnaire de la journée et de nos pensées que d’être « connecté » à lui. On peut aussi faire le parallèle avec une soirée passée en compagnie de notre conjoint(e). On a beau vivre dans la même maison, on peut facilement être « près » l’un de l’autre (sur nos tablettes, devant la télévision), mais n’avoir aucune idée de ce qui se passe pour lui à la fin de la soirée. La composante physiologique est un bon repère pour savoir si notre moment avec notre enfant nous a permis de se sentir nourris, heureux et comblés. En effet, ces moments chargent notre organisme d’ocytocine, une hormone qui détend et donne une sensation de sécurité et de bonheur (Filliozat, 2011).

Image tirée de la collection personnelle de l'auteure. Merci de ne pas télécharger cette image.

Image tirée de la collection personnelle de l’auteure. Merci de ne pas télécharger cette image.

Si l’on revient à notre affirmation du départ, oui la qualité de ces précieux moments passés avec nos enfants est importante. Pourquoi ? Chaque personne a en elle un réservoir d’énergie adaptative. Pour l’enfant, ce réservoir se remplit par l’attachement, l’amour que je lui donne comme parent. Il est son carburant. Il peut prendre la forme de câlins, de rires, de temps de jeu, de regards remplis de tendresse, de mots doux, de discussions, etc. C’est ce qui permet à l’enfant de bien fonctionner, de lui fournir l’énergie adaptative pour faire face au stress (Filliozat 2011). Idéalement, on tente de ne pas attendre que le réservoir soit à sec pour le remplir…comme la voiture, on veut tous éviter de tomber en panne ! La prévention est donc notre meilleure alliée.

Que peut-il arriver si le réservoir de notre enfant est au bas niveau ? : « […] ses circuits cérébraux sont en manque. Crises de rages, de pleurs pour un rien, comportements excessifs sont autant de manifestations de détresse du système nerveux » (Filliozat, 2011, p.36). Je sens déjà la culpabilité monter en chacun de vous. Attention ! Cette auteure précise bien que tout n’est pas par manque d’amour, beaucoup de comportements peuvent s’expliquer par l’état physiologique des enfants (voir référence pour en savoir plus à ce sujet).

Et la quantité dans tout ça ? Et bien comme chaque humain est unique, le réservoir d’amour de l’enfant peut demander plus ou moins de carburant selon ce qu’il vit et les stress auxquels il doit faire face. Chose certaine, il s’agit d’un outil puissant qui peut devenir d’un grand secours lorsque l’on se sent dépourvu face à une situation avec nos enfants. Prendre 5 minutes pour commencer la journée avec un gros câlin et des bisous remplis de tendresse est nourrissant pour l’enfant comme pour le parent et est un bon carburant pour affronter la journée. Même chose au retour à la maison, avant de se précipiter dans la préparation du repas, permet à l’enfant de remplir son réservoir dont le niveau a diminué en cours de journée. Une amie à moi, maman de deux jeunes filles, vivait des retours à la maison plutôt chaotique. À un certain moment, elle a eu l’idée de donner le bain aux enfants au retour à la maison. Elles avaient donc un moment de « connexion » avec elles tout en leur permettant de faire la transition entre l’école/la garderie et le retour à la maison. La tension dans la maison a chuté drastiquement depuis ! À chacun de trouver la formule qui lui convient !

Et si on se donnait le défi de commencer et finir la journée avec une grosse dose d’amour ? Vous pouvez visionner la vidéo suivante pour vous inspirer : https://www.youtube.com/watch?v=XxTv9StQflU

Références :

Filliozat, Isabelle (2011). « J’ai tout essayé ! » Opposition, pleurs et crises de rage : traverser la période de 1 à 5 ans. Poche Marabout Enfant.

 

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Est-ce que je passe assez de temps avec mon enfant?

  1. Oui des petits moments doux où l’on connecte avec notre enfant c’est primordial. Même si c’est pas toujours facile d’arrêter le temps avec le tourbillon de nos vies surchargées. Ouf! Un jour à la fois ;-)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s