Marre de la violence sous toutes ses formes

Par Stéphanie Deslauriers.

Je ne sais pas si je suis la seule mais la violence sous toutes ses formes, j’en ai marre.

J’en ai marre que des femmes soient victimes d’abus sexuels (l’abus sexuel comprend les attouchements, les relations sexuelles, les allusions, les menaces, l’exposition à de la pornographie, etc. et tout ceci sans consentement).

J’en ai marre qu’on les rende responsables de ces agressions. 14671215_1098713420176661_4403965713911199854_n

J’en ai marre qu’on argumente : « Ouin mais tsé, des fois, y’a des filles qui font des fausses accusations ». Ben oui, ça arrive. Genre, vraiment, vraiment, vraiment pas souvent, mais ça arrive. Et je suis extrêmement empathique envers la personne faussement accusée, qui voit sa vie effondrée, malgré qu’on arrive à prouver hors de tout doute son innocence. Et ça aussi, c’est une forme de violence (psychologique, cette fois) qui est terrible. Et de cette forme de violence aussi, j’en ai marre.

J’en ai marre de la violence physique. Marre qu’on l’excuse. Souvent, on justifie la violence parce qu’elle provient de la peur. Mais la peur, peu importe son intensité, qu’elle soit petite ou grande, n’excuse pas. Jamais. Elle explique, ça oui. Elle permet de comprendre le point de vue de l’autre personne. Elle permet de peut-être ressentir de l’empathie pour cette même personne. Mais elle n’excuse pas le geste. On a tous nos raisons d’agir comme on le fait ; notre histoire de vie, nos bibittes personnelles, nos blessures non pansées. Mais on ne peut pas, que ce soit à petite ou grande échelle, excuser des comportements inadéquats (voire, violents dans le présent cas)).

J’en ai marre, de la violence psychologique. Des moqueries, des insultes et injures. Surtout lorsqu’elle provient de personnes se positionnant ouvertement contre la violence, d’individus engagés en ce sens mais qui se permettent de publier sur les réseaux sociaux des atrocités à propos de personnalités publiques qu’elles trouvent vides et insipides (ou grosses et mal habillée) invitant autrui à commenter en ce sens. Qui sommes-nous pour décider si une personne mérite le lynchage alors qu’une autre (ou un groupe), non ? Comment peut-on clamer être contre la violence sous toutes ses formes mais en être l’instigateur (à un autre degré, certes, mais tout de même)?

Surtout lorsqu’on parle d’intimidation depuis quelques années, déjà. Qu’on la dénonce, qu’on la trouve horrible et inhumaine. Surtout lorsqu’on dit ne pas comprendre qu’un ado de 12 ans ait pu commettre tels gestes terribles envers un pair, lorsqu’on voit une nouvelle sensationnelle s’étant déroulée dans une école ou un centre jeunesse passer dans les médias. Alors qu’on fait preuve nous-mêmes de violence (encore une fois, je suis capable de faire la part des choses et de comprendre la notion d’intensité, de degré et de gravité en termes de violence, en plus de très bien connaître ses différentes formes).

Sommes-nous capables de montrer l’exemple ? D’ÊTRE un exemple à suivre ?

Peut-être que si on s’aimait soi-même plus, si on se montrait plus tendre à notre propre égard, on arriverait à l’appliquer également envers les autres.

À cet effet, voici une vidéo très inspirante de Brené Brown, docteure en travail social.

Publicités

Une réflexion sur “Marre de la violence sous toutes ses formes

  1. Pingback: Marre de la violence sous toutes ses formes — Ensemble, maintenant | MONSITE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s