Parce qu’il y a plusieurs façons d’apprendre…

Par Josée Anne Ouellet.

Du haut de mes 11 ans, je m’intéressais déjà à l’apprentissage. J’apprenais quelque chose, je l’enseignais tout de suite, comme une manière d’intégrer mes propres apprentissages, surtout ceux de la gymnastique artistique, que j’ai pratiquée quelques années. Le mouvement s’est glissé en moi de façon presque naturelle : je faisais des arabesques partout où je mettais les pieds ! Les enfants du voisinage s’amenaient ? Je leur montrais à faire la roue et l’équilibre. Quel plaisir j’ai eu avec eux ! Déjà, je voyais le rythme différent de chacun, l’intégration des mouvements plus facile pour certains et plutôt difficile pour d’autres. Or, la motivation était toujours au rendez-vous, autant pour eux que pour moi. Mes encouragements et ma patience les amenaient à gagner confiance en eux et à vouloir s’améliorer et réussir. C’est maintenant que je me rends compte de cette force.

Aujourd’hui, lorsque je rencontre un jeune dans mon bureau pour une séance d’orthopédagogie, je m’intéresse d’abord à sa façon d’apprendre, à sa manière de comprendre et à sa vision de l’apprentissage en question. Il n’y pas un élève semblable, j’vous jure ! Toutefois, presque tous reconnaissent qu’ils ne suivent pas le même rythme que les autres, qu’ils ne comprennent pas aussi rapidement que leurs camarades de classe, qu’ils font les travaux demandés plus lentement, etc.

Imaginez dans quel était se trouver leur estime d’eux-mêmes. Pas très loin du 0, sur une échelle de 0 à 10, dans la plupart des cas, évidemment. Comment ces enfants et ces adolescents en sont arrivés là, me demanderez-vous ? Ma réponse est claire : ils ont tous une façon d’apprendre différente que celle préconisée dans le système scolaire actuelle et leurs besoins particuliers en souffrent puisque ce même système ne peut y répondre – pour x nombre de raisons sûrement valables, mais bien que j’en doute parfois. Là où ils seraient champions et premiers de classe, l’École ne considère pas ces talents ou ces forces lors des évaluations formelles à partir desquelles les élèves sont jugés compétents et aptes à passer au niveau scolaire suivant.

Quelles sont-elles, ces forces justement ? Dans quels domaines performent-ils, s’il est toujours question de performance, bien entendu.

Début de parenthèse ici. C’est justement de performance dont ces enfants sont allergiques. En effet, le système comparatif adopté lors de la remise du bulletin scolaire, à chaque étape, permet à chaque élève de voir s’il se situe dans la moyenne, au-dessus ou en-dessous. Pourquoi devrait-on les comparer ? Ne serait-il pas plus sain de comparer ses propres progrès ? Fin de la parenthèse. J’y reviendrai très certainement dans un autre billet.

J’ai donc remarqué, au fil de mes interventions avec eux, trois principales qualités se dégageant de ces jeunes en difficulté et en trouble d’apprentissage : l’empathie, la créativité et le leadership. Voilà où ces élèves brillent. Le système scolaire actuel ne favorise pas encore assez, à mon avis, le développement de ces forces. Les jeunes ayant des défis particuliers ne se reconnaissent pas dans ce monde plutôt rationnel et favorisant davantage les intelligences verbale/linguistique et logique/mathématique (voir les types d’intelligences, répertoriés par Howard Garner, professeur de psychologie à l’université de Harvard). Se pourrait-il que ces élèves vivent plus de défis qu’ils en ont réellement juste parce que le système scolaire est ainsi fait ? Je me le demande parfois…

Et si on les aidait à se connaître et à se reconnaître ?

Parce que la connaissance de soi amène l’estime de soi…

Et si on leur fournissait un environnement créatif ?

Parce la créativité ouvre les portes de l’intelligence…

Et si on les aidait à développer sainement leur attention ?

Parce que l’attention engendre des résultats…

Et si on leur proposait des approches plus ludiques et kinesthésiques pour apprendre ?

Parce que le jeu facilite l’intégration des apprentissages…

Et si on leur donnait cette opportunité de briller, comme la perle au fond de l’huître ?

Parce qu’il y a plusieurs façons d’apprendre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s