Les ratés du système de santé et de services sociaux

Par Stéphanie Deslauriers.

“Tsé, j’étais en crise, j’ai appelé le 811 mais ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas d’intervenants francophones et de « rappeler dans une coupe d’heures ». Moi, c’est là que j’avais besoin d’aide. », m’a dit un jeune de 15 ans, tout à l’heure.

Moi aussi, de l’intérieur, je les vis, les ratés du système de santé et de services sociaux.

Quatre mois d’embauche.

 

Commençons par les statistiques.

Les fameuses statistiques. Afin de permettre au gouvernement de juger de la pertinence de nos services, s’ils peuvent couper un peu plus, ici, dans le « gras ». Mais on ne peut pas faire plus d’UNE statistique par jour par usager. Même si on a passé 45 minutes au téléphone avec la psychoéducatrice de l’école, avant de parler avec la directrice puis, de contacter la DPJ parce qu’il y aura placement. Même si on a parlé au téléphone au père en matinée, avant de faire une rencontre à domicile, de le rencontrer avec sa conjointe puis, son fils.

Même si on a passé la journée sur ce dossier. Le gouvernement dira : « Hein? Juste UNE statistique dans TOUTE sa journée? En SEPT HEURES de travail? Ouin, a fait pas grand-chose. On va couper. Pas besoin d’autant d’intervenants, tsé! » Ouan.

Deux mois qu’il y a une ou deux intervenantes dans un programme de crise en comptant généralement quatre. « Effort budgétaire ». Des charges de cas à découvert (ça veut dire des familles en attente des mois durant ou qui ont eu des services quelques séances avant l’arrêt de travail, pour épuisement professionnel, de leur intervenante).

D’autres intervenants qui sont débordés, qui ont des charges de cas irréalistes (des familles en grande détresse en trop grand nombre), qui n’ont pas le temps d’être à jour dans leurs maudites statistiques / rédaction d’évaluation / de plan d’intervention, qui n’ont pas le temps de voir les usagers autant qu’ils en auraient besoin, de faire des rencontres d’une durée qui répondrait à leur besoin bref, d’offrir des services de qualité.

5c9669a0Moi, j’m’en vais rencontrer ma jeune qui refuse de sortir de chez elle (phobie sociale, tsé) pis j’vais l’inviter à prendre une crème molle à mes frais (parce que c’est une des seules façons qu’elle accepte de sortir de chez elle), parce que le budget a été coupé pour ce type de dépenses.

Publicités

Une réflexion sur “Les ratés du système de santé et de services sociaux

  1. C’est tellement vrai. Je travaille en intervention de crise à domicile depuis 7 ans et je n’arrive toujours pas à comprendre le non sens dans la manière de comptabiliser les statistiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s