Parents hypoallergéniques

Par Eve Anabelle Saintonge.

Allô. C’est moi la maman plate et qui parait parfois folle.

Je suis aussi celle qui pose les mêmes questions mille fois pour chaque aliment chez toi : c’est quoi les ingrédients? Qu’as-tu utilisé pour la cuisson?

Je suis aussi celle qui demande à la serveuse si elle a un menu avec tous les aliments et qui prend 3 fois plus de temps que ton amie la plus lente pour commander un repas (qui finira probablement par être une combinaison de différents plats).

Allô. Je suis la maman qui a un bébé allergique à plusieurs aliments (et qui allaite et qui doit s’imposer la majorité de cette diète hypoallergénique).

J’ai envie de te partager comment on vit avec des allergies dans une maison. Surtout lorsque ce sont des aliments qu’on retrouve PARTOUT!

1- Décourageant. L’imagination devient rare puisqu’on ne se sait plus trop quoi manger. On réinvente sa cuisine et on s’invente chef! On tente d’oublier pour un moment le goût de la fine cuisine, de ses plats préférés et on cherche d’autres activités que de sortir au restaurant.

Biscuits et lait sans danger! (par Eve Anabelle Saintonge)

Biscuits et lait sans danger! (par Eve Anabelle Saintonge)

2- Gênant. Sortir chez des amis ou de la famille devient difficile. Ou même dans un café avec une amie.  Il est difficile de dire : ‘’ Désolé, je sais que tu as cuisiné pendant des heures, mais je ne peux pas manger ton repas. As-tu des toats avec du pain sans lait?!’’. Même une collation devient difficile. Les gens peuvent penser que ce sont des caprices. ‘’Juste un peu, ce ne sera pas grave’’. En fait oui. Juste une bouchée peut me programmer une nuit, des jours ou une semaine i.n.t.e.n.s.e. ou même un rendez-vous médical.

3- Culpabilisant. Des fois, on se convainc que ce ne sera pas trop grave ou on veut juste se gâter un peu ou même, on veut simplement remercier la personne qui a cuisiné pour nous et on mange l’Aliment Interdit. On essaie de se mentir l’espace d’un instant. Mais la réalité frappe quelques heures plus tard. Le corps de notre enfant ne nous mentira pas. Il s’exprimera bien haut et fort! C’est à ce moment qu’on se sent tellement coupable. ‘’J’aurais pas dû…’’, ‘’J’aurais dû mieux regarder, poser plus de questions, être plus insistante’’.

4 – S’ensuit l’épuisement. Prendre soins d’un enfant qui souffre d’allergie c’est de prévenir, protéger, surveiller, traiter, changer les habitudes, chercher et surtout être patient. Patient dans les perturbations qu’occasionnent les allergies tant au niveau alimentaire, émotionnelle, physique (et parfois relationnelle).

C’est accepter calmement les réveils nocturnes répétitifs, l’irritabilité incompréhensible, les besoins de proximités éternels, l’isolement et l’incompréhension des autres autour.

 

Mais à travers toutes ces difficultés et frustrations, on gagne une plus grande empathie et considération pour notre enfant. Et finalement, plus d’amour!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s