Qui sommes-nous pour juger?

Par Geneviève Chénard.

J’ai une amie. Mon amie est brillante, généreuse, douce, attentionnée, honnête, admirable, courageuse et belle. Dans mes yeux, elle est magnifique. Mon amie revient de Disney, là où elle a participé à la course des princesses. C’est qu’elle fait de la course cette amie. Elle court pour elle, pour se dépasser et non pour se comparer à tout le monde. Elle est plus en forme que bien des gens, moi y compris!

Y’a une affaire qui me fatigue dans son histoire : mon amie ne correspond pas aux critères de beautés; en d’autres mots, elle a un surpoids. Dernièrement, je m’interrogeais sur Facebook  à propos des paradoxes de notre monde d’hypocrites en demandant la raison pour laquelle on passe tant de temps à essayer de faire de ce monde un endroit où l’apparence ne compte pas, alors qu’au lendemain des Oscars, toutes les bien pensantes de ce monde y allait d’un bitchage passionné contre les stars (petit aparté ici : j’ai juste vu des femmes critiquer, pas d’hommes. Solidarité vous dites?) Voici ce que mon amie m’a écrit :

  • Dernièrement, j’ai dit à un homme : « je suis allée courir un 5k à la course des Princesses »
  • Lui, de répondre: « Quoi! Toi? Tu as couru? » En me parcourant du regard, des pieds à la tête!!!

Elle a ajouté : alors j’ai senti comme un préjugé « de la grosse qui mange des chips sur son divan ». Je le prends trop personnel? Je ne sais pas… Mais c’est comme ça que je l’ai senti.  On ne voit pas juste une personne… On la qualifie de pleins de trucs … Grosse, laide, boutonneuse, squelettique, tatouée etc…

  • Voici un autre exemple : lors d’un entrainement, je courais dans la rue et un homme est sorti de chez lui pour m’interpeller. Je suis revenue vers lui et c’est alors qu’il me dit:
  • « Tu sais, courir ne fait pas maigrir et tu vas te blesser aux genoux »
  • On peut en rire… Puisque c’est risible mais moi, ça m’atteint. Depuis, je cours dans mon sous-sol, sur mon tapis…

Je disais donc qu’il y a une affaire qui me dérange dans son histoire, c’est qu’elle se sente l’obligation de courir sur son tapis, dans son sous-sol pour s’extraire du regard malveillant des «jugeux » de la société, ceux-là même qui n’ont peut-être pas deux onces de son courage. Il me semble que beaucoup trop de gérants d’estrades s’ouvrent la trappe alors qu’ils devraient commencer par se demander si leurs propos sont pertinents. Dans les deux exemples précédents, poser la question c’est y répondre.

Je n’en revenais pas, et j’avoue que je n’en suis pas encore remise. Mais bon, c’est peut-être moi qui ne comprends pas! Il y a des pressions pour avoir plus de mannequin « taille plus », il y a les journées sans maquillage, toute cette grogne contre la pression sociale envers les femmes, mais nous sommes les premières à faire la leçon à propos du maquillage ou des vêtements des autres. Il y a toute cette pression pour paraître, mais à quoi ça sert de paraître si on n’est pas?

12814309_10153619811097690_2938399102793827132_nAlors voilà, je le crie haut et fort : mon amie, tu as toute mon admiration. Si je devais me mettre à l’entraînement, tu serais sans aucun doute mon modèle comme tu l’es dans bien des sphères de ma vie. Tu mérites de pouvoir courir et t’accomplir hors de chez toi et ce sont eux qui devraient avoir honte et se terrer. Je t’admire depuis toutes ces années parce que tu es! Et tu es tellement, que tu resplendis. Et moi, c’est comme ça que je t’aime.

Publicités

Une réflexion sur “Qui sommes-nous pour juger?

  1. Je la connais moi, ton amie. J’ai le privilège de l’appeler « Cousine », et tout ma vie elle m’a servie d’exemple. Quand je sens que je perds patience avec mes enfants, je pense à la douceur avec laquelle elle aborde les siens. Quand je me sens débordée, je pense à la manière dont elle concilie toutes les sphères de sa vie avec énergie et entrain. Quand je doute ou je suis gênée, je pense à la façon dont elle fonce vers l’avant, la tète haute et le sourire aux lèvres.
    C’est vrai que le monde a beaucoup plus à apprendre d’elle qu’il n’a de leçons a lui donner.
    Et si elle a un gros corps, c’est que son grand coeur n’y rentrerait pas autrement!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s