Claude Jutra et…

Par Caroline Charpentier.

Une tempête médiatique a lieu suite à la publication de la biographie de Claude Jutra, réalisée par Yves Lever. Des allégations de relations sexuelles auraient été faites concernant Claude Jutra sur de jeunes garçons. Dans les médias on relate que Québec Cinéma se penche sur cette controverse. La ministre de la Culture Hélène David lors d’un point de presse plus tôt cette semaine expliquait: «On est toujours dans les allégations donc prudence […] Nous sommes tous prudents par rapport à quelque chose qui, pour l’instant, n’a ni visage ni nom.» Je suis d’accord avec le fait que lorsque ce sont des allégations on ne peut pas formellement accuser quelqu’un et qu’il faut attendre les suites de l’enquête avant d’en tirer des conclusions.

Il y a une partie que je comprends moins. Je viens d’écouter attentivement l’entrevue que Marc Béland accordait sur les comportements de Claude Jutra à Anne-Marie Dussault (24|60, 15 février 2016). C’est cette partie qui me fait réagir. Je tiens à préciser que je ne m’attaque pas à la personne de Marc Béland et je ne suis pas entrain de dire que j’accuse Claude Jutra. Je reprends les propos qui m’ont fait sourciller.

Marc Béland nomme durant l’entrevue que Claude Jutra: «avait des relations avec des jeunes garçons, oui. Des jeunes adolescents […] qui montaient chez lui. […] C’était sa vie à lui, c’était la vie de Claude. Et ça ne regarde personne jusqu’à temps qu’il y ait quelqu’un qui dénonce s’il a été abusé ou non».

«Ça ne vous regarde pas […] tant que quelqu’un n’est plus consentant.», dit Marc Béland concernant les comportements de Claude Jutra. J’explique ici: deux personnes additionnées au mot relation. Je dois préciser qui sont ces deux personnes et quelle est la nature de leur relation. Relation amicale? Relation confrères-consœurs de travail? Relation de frère et sœur? Relation parent-enfant? Relation amoureuse? Relation sexuelle? Relation secrète? Relation autoritaire ou pas? Relation avec abus physique, verbal, psychologique, sexuel, économique? Maintenant, quel âge ont ces deux personnes? Selon la nature de la relation que les deux personnes entretiennent additionnée à l’âge respectif de chacune, est-ce que c’est une relation légale ou non? C’est avec toutes ces réflexions que je peux dire si oui ou non deux personnes entretiennent une relation qui me regarde ou pas. Ce n’est pas dans le but de parler pour parler parce que deux collègues de travail entretiennent une relation x-y-z. Ça, ça ne me concerne pas je suis d’accord. Mais si j’ai des doutes sur le type de relation que mon petit voisin de 13 ans entretient avec une personne majeure, c’est dans mon devoir comme personne de ne pas me fermer les yeux sur la situation pour protéger ce petit.

En tant que personne responsable, il est important que si j’observe des comportements douteux, questionnant et malaisant d’un adulte envers un enfant, il est important que je fasse quelque chose et surtout, que je ne ferme pas les yeux. Marc Béland ajoute que «Ça ne nous regarde pas […] tant que quelqu’un n’est plus consentant.» La définition de consentement est beaucoup plus large qu’un simple oui et peu comporter plusieurs nuances. L’hypothèse de la victime qui dit oui pour éviter les représailles existe et ne fait pas d’elle une personne consentante. Et il y en a ben d’autres hypothèses qui démontrent que la victime n’était pas consentante.

Marc Béland ajoute aussi: «La sexualité des gens, Mme Dussault, ça ne regarde personne jusqu’à temps que quelqu’un dénonce un abus. Point à la ligne.» Effectivement si deux adultes ont des pratiques sexuelles où il n’y a pas de violence, ça ne regarde personne. Mais ce n’est pas parce qu’il n’a pas de dénonciation qu’il n’y a pas eu d’abus. Avec toutes les compagnes de sensibilisation sur le sujet y me semble qu’on devrait en être conscient. À mon avis, c’est détourner trop facilement le regard sur une situation qui pourrait inclure une victime.

«Est-ce qu’on peut laisser dormir Monsieur Jutra en paix ciboulot?» demande Marc Béland. S’il est innocent je suis d’accord. S’il ne l’est pas, je ne suis pas d’accord car justement, il y a peut-être des victimes qui ne dorment pas en paix.

(Au moment d’écrire ces lignes une première victime raconte son histoire dans la Presse+.)

Publicités

3 réflexions sur “Claude Jutra et…

  1. Article très juste. L’autre question que je me pose c’est dans une telle circonstance, qu’en est-il du talent de monsieur Jutras ? Est-il par défaut renié ? Peut-on continuer à parler d’un génie en sachant tout cela ? Comment faire la part des choses ?

  2. Pingback: Claude Jutra et… – nOuveau mOnde

  3. Pingback: Des excuses suffisantes? | Ensemble, maintenant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s