Bell Cause pour la cause : parce qu’il faut en parler

Par Annie Murphy.

Le 27 janvier prochain aura lieu la journée Bell Cause pour la cause. Une initiative fondée par Bell en 2011 afin d’aider financièrement des initiatives en santé mentale au pays.

Je crie haut et fort mon amour pour cette cause : la santé mentale et également pour Bell qui a eu le chic de mettre sur pied une telle levée de fonds qui, pour une fois, ne demandent aucunement aux citoyens de prendre de l’argent de leurs poches pour aider une cause. Certes, vous direz qu’en tant qu’entreprise, Bell a ses failles, j’ai moi-même pu l’expérimenter en tant que cliente dans le passé, mais ici, on parle d’une initiative qui fait vraiment la différence.

FacebookcoverFR

Le principe est simple : lors de la journée Bell Cause pour la cause, pour chaque message texte, et appel effectué à partir d’un appareil du fournisseur Bell, pour chaque tweet utilisant le mot-clic #BellCause et pour chaque partage sur Facebook de la page Bell Cause pour la cause, cinq sous serons remis à divers organismes. Vous croyez que ce n’est pas beaucoup? Attention :  c’est plus de six millions de dollars qui ont été remis grâce à la journée en 2015 et plus de cinq millions lors de celles de 2014. Ces fonds visent à aider quatre piliers principaux soit : la lutte contre la stigmatisation, l’accès aux soins, la santé au travail ainsi que la recherche. À chaque année, c’est près d’une cinquantaine d’organismes publics et communautaires qui bénéficient de ces dons et qui peuvent ainsi améliorer la qualité de leurs services et venir plus facilement en aide aux gens atteints de troubles de santé mentale.

On l’a vu dans les médias dernièrement : le gouvernement ne cesse de couper dans l’accès aux soins et les services aux clientèles démunies, dont souvent, celle atteinte de maladies mentales. On doit s’offusquer contre ces mesures; ces gens sont des êtres humains à part entière, ils veulent s’aider et s’en sortir. À leur couper toujours l’herbe sous le pied, on ne fait que leur nuire et contribuer à la stigmatisation. Il faut que la population s’offusque, qu’on apprenne à les connaître, à cesser d’avoir peur, parce que la crainte de l’autre s’arrête avec notre connaissance de celui-ci.

Saviez-vous que les préjugés sur la maladie mentale incitent deux personnes sur trois à ne pas aller chercher l’aide dont ils auraient besoin pour se traiter? Que 50% des absences au travail sont causées par les troubles de santé mentale? Que la dépression fait plus de victimes que les accidents de la route au Québec?  Que près de 1000 personnes par année s’enlèvent la vie à cause de la dépression et ceci, sans compter tous les autres suicides commis par des gens atteints de bipolarité, schizophrénie et autres troubles de santé mentale?

Parce qu’il faut en parler, parce qu’il faut sensibiliser et parce qu’il faut aider, la journée Bell Cause pour la cause est d’une importance capitale dans un pays prospère et riche comme le nôtre qui laisse malheureusement tomber ses citoyens un peu moins chanceux.

Je vous invite à participer en grand nombre à la journée Bell Cause pour la cause le 27 janvier prochain. Pour plus de renseignement sur cette initiative, rendez-vous au www.cause.bell.ca

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Bell Cause pour la cause : parce qu’il faut en parler

  1. Pingback: Bell Cause pour la cause : parce qu’il faut en parler – nOuveau mOnde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s