Le trou entre les chaises

Par Geneviève Chénard.

Il était une fois. Non, il était des fois! Un nombre incalculable de fois! Ces fois où, parce que la détresse s’est installée dans la maison, où la santé mentale est au bord du gouffre, ou on est à bout de souffle. Il était des fois où, dans un dernier soubresaut d’espoir, des gens faisaient appel à de l’aide. De l’aide dite professionnelle.

Il était des fois où la situation ne correspondait pas à ce qui était écrit dans les procédures, où la détresse ressentie était 1000 fois supérieure à celle perçue par les services professionnels ou parce que ces dits services en étaient d’exception, où cette détresse était la 1257e sur la liste d’attente du service ou parce que l’aide était elle-même débordée. Il était des fois ou la situation tombe entre des chaises.  Il est des fois où l’espoir s’éteint comme la dernière allumette de la petite fille du même conte. La dernière flamme d’espérance s’envole en même temps que l’envie de vivre, de revivre la même histoire.

Il faut être fait fort, ou peut-être être insouciant, voire même un peu fêlé pour continuer de rapprocher les chaises et essayer de sauver sa peau envers et contre tous. Il faut avoir un front épouvantable, franchir des limites parfois éthiques et avoir un mât solide lorsque la tempête se déclenche. Combien de gens voient la lumière s’éteindre et décident de laisser la vie s’éteindre?

Combien pourrions-nous en sauver en adaptant l’accessibilité aux services selon les besoins de ces gens plutôt que selon les besoins du système? Combien de familles pourrions-nous sauver avec une simple écoute de la détresse et une meilleure référence, une meilleure concertation? (Définition de la concertation : lien entre les chaises pour éviter de tomber dans le trou! Lien entre les services qui se parlent et répondent aux besoins des usagers).

Il était un nombre incalculable de gens (gestionnaires, politiciens) qui comptent des statistiques. Pour eux, l’efficacité tiens au nombre de dossiers traités dans une journée; Restreindre le nombre d’heures, ne pas faire de temps supplémentaire, arrêter après un nombre donné de séances, fermer des dossiers après deux annulations, forcer les parents à manquer du travail pour offrir des services entre 9 heures et 5 heures et j’en passe, sont tous des trous entre les chaises.

2_chaises_jardin_1960_classico-kitsch_smallIl y a beaucoup de publicité faite sur la santé mentale. Il faut en effet démystifier la santé mentale. Il faudrait aussi se pencher sur les causes de la dépression. Être pris entre deux chaises dont la distance n’est pas à portée de bras est sans doute une cause possible de la dépression. Qui dit dépression dit risque de suicide.

Je remercie la vie d’être une fêlée qui refuse de laisser le système se complaire dans des procédures et des statistiques stupides. Les gens en détresse, les familles, les humains ne sont pas des cas. Ils ne sont pas que des chiffres. J’ai la chance d’avoir des connaissances du système et de mes droits. J’ai la chance d’être entourée de gens qui rallument mes bougies lorsqu’elles faiblissent. Je suis totalement consciente que je suis une exception et que la règle est plutôt le contraire. Combien de gens se retrouvent dans ce système sans que leurs droits ne soient représentés? Ou qui se retrouvent entre les chaises sans savoir comment faire pour en sortir? Sans personne pour se battre avec eux?  Combien de gens sont complètement échappés dans le système?

Nous sommes une grosse gang entre les chaises. De plus en plus. Certains en regarde d’autres trouver le moyen d’en sortir et les admire tout en ne sachant pas comment y arriver. Ceux qui y arrivent sont à bout de souffle et ne peuvent porter secours aux autres. Quel gâchis!

Je lance donc un cri d’alarme à mes collègues « intervenants professionnels » : faites sentir votre support, votre présence. Ne traitez pas des cas, mais des humains. Ne pensez pas qu’ils sont tous équipés pour faire face à vos demandes/procédures, c’est faux. Formez-vous, lisez, avancez. Prêchez par l’exemple! Vous avez une obligation de moyens : ça veut dire prendre tous les moyens possibles pour aider et régler la situation. Dans les deux dernières années, j’ai malheureusement croisé des « aideux » qui prennent tous les moyens possible pour en faire le moins possible. J’en ai marre.  Je ne généralise pas, mais si ces « aideux » rencontrent des dizaines de familles par année, ça fait beaucoup de monde entre les chaises. Ça laisse aussi moins de place pour rajouter des chaises. Ça laisse aussi plus de place aux charlatans qui offrent des services magiques.

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Le trou entre les chaises

  1. Quels cris di cœur ! Oh combien je comprends étant moi même éducateur spécialisé confronté trop souvent à ce trou béant entre 2 chaises alors que notre devoir est d’aider. Alors effectivement, on se surchargé et on se brûle parce que pour nous ce trou on va y poser une planche dessus et on va la poser jusqu’à ce que la personne ait réussi à se rendre d’une chaise à l’autre. Effectivement si tous les aidants travaillaient à rapprocher ne serait-ce qu’un peu leur propre chaise, la charge serait moins lourde sur la planche.

    • Merci beaucoup! En effet, trop se lancent la balle ou en fond moins, pour plein de raisons, sans s’assurer que les autres sont prêts à recevoir cette balle…j’ai trop d’exemples …malheureusement! Bon courage à vous!

  2. Pingback: Le trou entre les chaises | nOuveau mOnde

  3. BRAVO ! Je suis tombée sur votre blog par les recommandations WP et je ne regrette pas … Je vous admire et suis dans le même cas, le « trou entre les chaises » car j’essaie, tant bien que mal, d’éduquer la jeune société … Mais ni le public, ni le privé ne me plaisent … Je vais faire Montessori, mon école, quand j’en aurai les moyens … En attendant, je suis remplaçante et en attente de remplacements … Aussi auto-entrepreneuse …
    Dans l’attente d’échanger avec vous,
    je vois une psy qui est comme vous… Idealiste mais dans le bon sens du terme !
    A très vite !
    Roseline (du blog roselineslifestyle.wordpress.com)

  4. Bonjour! Merci tellement! Je présume que vous êtes enseignante! Quel métier sous reconnu par notre société! Je vous souhaite le meilleur des courages également! Il y a beaucoup trop de trous dans notre système d’éducation et c’est un réel dommage, notre société serait gagnante si elle investissait plus dans sa jeunesse. Au plaisir également !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s