L’intimidation en milieu de travail

Par Stéphanie Deslauriers.

Personne n’est à l’abri de l’intimidation, pas même les adultes.

L’intimidation est un phénomène bien réel, qu’on a peut-être un peu trop galvaudé dans les dernières années à mauvais escient. Elle existe également dans le monde des adultes, ces ex-enfants qui n’ont pas tous appris; pas appris comment s’exprimer, s’affirmer, se faire respecter, respecter les autres, gérer leurs émotions et leur émotivité, prendre du recul pour éviter de (sur)réagir.

Voici l’histoire d’une femme, maman de deux enfants.

Ceci se déroule dans un département de ressources humaines. Une employée qui se fait dénigrer, de manière répétée, par sa supérieure.

Qui se fait crier après au téléphone, se fait écrire des courriels en CAPSLOCK, sans plus de cérémonie. Se fait interpeller devant les autres employés pour se faire critiquer.

Après des mois à tenter de calmer le jeu – cette femme a de belles aptitudes communicationnelles et relationnelles, elle veut que l’ambiance dans son milieu de travail en ressources humaines soit agréable, elle a des bibittes personnelles qui font en sorte qu’elle a en horreur les conflits, qu’elle tend à se remettre (trop) rapidement en question lorsqu’autrui est mécontent, elle a le dos large, du haut de ses 105 livres et 5 pieds 2 pouces – elle rapporte finalement la situation à la personne responsable.

Après des mois à se faire raviver ses craintes d’être « pas assez », incompétente, trouble maker, après des mois à craindre toute interaction avec sa supérieure immédiate, elle craque. C’est son médecin qui l’a dit, qui l’a arrêtée de travailler. « Pendant ces semaines d’arrêt, la personne en charge pourra faire son enquête et apporter les modifications nécessaires à un milieu de travail sain et harmonieux », se dit-elle.

Pourtant.

À son retour au travail, les employés l’ignorent. Elle n’existe plus.

Elle ne se fait pas demander comment elle va, comment s’est passé ses dernières semaines. Rien.

Quand elle réintègre son bureau, sa supérieure immédiate est encore là. Elle est encore sa supérieure immédiate. Et elle est en furie que son employée se soit plaint d’elle. Elle lui en fait baver. La regarde à peine en lui parlant d’un ton méprisant. Lui donne des tâches peu gratifiantes (voire insignifiantes).

Lorsqu’elle va voir la personne qui était responsable de son dossier, elle se fait répondre bêtement que non, elle n’a pas eu le temps de mener l’enquête et d’apporter des changements et qu’elle devra vivre avec. Après tout, c’est une grande fille. En RH, en plus. Elle a de bonnes aptitudes relationnelles.

Elle (en)dure une semaine ainsi. Avant de re-craquer. Parce que c’est exactement ça l’objectif : la faire craquer, la faire payer, lui faire sentir que c’est une moins que rien.

Parce que c’est exactement ça, l’intimidation. Qu’on soit enfants ou pas. Faites attention à vous. Ceci vous permettra de faire davantage attention aux autres, également. Dénoncez ce genre de situations, que vous en soyez victime ou témoin. Personne n’a à vivre cela.

Cette femme a dû faire une plainte aux normes du travail. Elle est bouleversée, ne se voyant pas comme une « employée à problèmes ». Son estime de soi est bien faible présentement et elle s’apprête à mener un combat énergivore, alors qu’elle s’est fait vider de toute son énergie. Bon courage dans ces démarches.

mo_9782760411593Pour votre information : mon prochain livre portera sur ce sujet. « Jeux d’enfants? L’heure juste sur l’intimidation » est un essai qui paraitra en février chez Stanké.

Publicités

Une réflexion sur “L’intimidation en milieu de travail

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s