Quand les baby blues cognent à la porte en retard

Ce billet a été rédigé par Eve Anabelle Saintonge, psychoéducatrice et maman.

Alors que toutes les nouvelles mamans avaient pris l’habitude de leur nouveau rôle, des nouvelles routines et de la nouvelle vie, moi, j’étais de retour dans mon kit rose en jogging mou.

La réalité est que les baby blues sont le sujet de l’heure lorsque bébé vient d’arriver. On s’attend presque que la maman les ait automatiquement.

Dans mon cas, j’étais considérée une dure de dure. ‘’Elle va être correct, elle ne les a pas eus les baby blues’’.

Par contre, une nouvelle maman est à risque pas mal plus longtemps que les premiers jours. Pendant longtemps. Quand on pense qu’on n’est plus à risque, ils sont au coin de la rue et ils nous observent!

Chez nous, ils ont cogné à la porte quand Rosalie a eu 5 mois et je les ai hébergés pendant 1 mois.

Rosalie, sa maman et ses baby blues

Rosalie, sa maman et ses baby blues

Une claque dans la face. Quand tu pensais avoir compris comment jouer la nouvelle game, tu es de retour sur le banc.

Au début, c’est le sentiment de déprime, d’échec et de perte d’estime de soi. Heureusement, j’ai eu du soutien pour comprendre que la ‘’pause sur le banc’’ c’était pour apprendre à mieux me connaitre et mieux prioriser pour prendre soin de moi.

Soyons sincère, être maman ça fesse dans le système. Tout d’un coup, tu as l’impression que tout dépend de toi et tu as la charge du bien-être de tous.

FAUX! J’ai la charge de moi-même et la charge partagée du bien-être de mon enfant avec mon partenaire. Le monde est soudainement moins lourd à porter.

J’ai donc priorisé à nouveau. Qu’est-ce qui est VRAIMENT important?

  • Ma santé mentale. Je n’aime pas être déprimée tout comme je n’aime pas avoir une grippe. La santé de ma tête mérite autant d’efforts que la santé de mon corps.
  • Avoir un moment significatif par jour avec Rosalie. Les to do list sont éternelles. Les rires et les souvenirs, on a seulement une petite fenêtre de temps pour les forger et les garder.

Résultat : tranquillement pas vite (comme dirait ma mère!), la douceur du soleil refait surface. Mais j’ai aussi appris à ne pas m’oublier et d’être égoïste de temps à autre.

Bref, merci de la visite chers baby blues! Mais, pas obligés de revenir prendre des nouvelles!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s