La casquette

Je me suis tellement sentie cheap quand je t’ai dit : « Non, pas cette casquette : ça fait vraiment bébé ».

Parce que je ne voulais pas TE traiter de bébé. Et je ne voulais surtout pas te faire comprendre qu’il faut parfois masquer une partie de qui on est (oui, oui même si c’est « juste » nos goûts vestimentaires) pour plaire.

Désirabilité sociale, je te hais. C’est qu’avec elle, on ne sait jamais si on verse dans les bonnes habiletés sociales ou dans l’hypocrisie. D’ailleurs, c’est ce que j’aime de toi et de ton diagnostic d’autisme : tu es vrai. « What you see is what you get », X1000. Avec toi, c’est pas juste un refrain quétaine d’une chanson et d’une chanteuse qui le sont tout autant. C’est vrai de vrai.

Et moi, j’ai pas mal toujours assumé qui – du moins, comment – j’étais. Au primaire, deux filles riaient de moi parce que mes pantalons étaient pas assez serrés pour être à la mode. Moi, j’aimais ça, des pantalons lousses. Je n’assumais certes pas mes courbes naissantes de préados mais surtout, je voulais être confortable. Surtout quand je jouais au football avec les gars sur la cour de récré.

Et je trouvais ça rigolo, que les autres, du haut de mes 5 pieds 6 pouces et 11 ans et demi, m’appellent « la girafe ». Vois-tu, j’ai toujours trouvé ça beau, une girafe. Pis élégant, à part de ça.

Quand mon ami de toujours a voulu qu’on se tripote, ça me tentait un peu, mais pas autant que lui. Quand ça en était trop pour moi, j’arrêtais. Je respectais mes limites, comme on dit.

Ado, quand mes amis ont voulu essayer du chimique, eh bien moi, ça me tentait pas. Ça fait que j’ai dit « Non ». Pis ils m’ont jamais achalé avec ça par la suite.

Toujours au même âge, même si les autres me trouvaient « matante » parce que j’aimais mieux être chez moi à lire un livre, à écrire dans mon journal ou à écouter un film en mangeant des chips sel et vinaigre pis en pleurant, ça me dérangeait (presque) pas. Mais surtout, je n’ai pas modifié mes façons de faire pour leur plaire.

Parce que quelque part, j’avais compris que c’était mon bien-être qui passait en premier. Et ça me tentait pas, d’aller me faire tripoter dans un sous-sol humide en me prenant une puff de joint baveux. On a chacun nos plaisir, que veux-tu.

Si je suis déjà allée dans des partys? Ah,  ben oui. Mais je te conterai ça une autre fois.

Aujourd’hui, adulte, je viens de laisser derrière moi un emploi stable, assez bien rémunéré, avec des collègues ben l’fun, un supérieur immédiat vraiment cool, des chiens adorables et un environnement de travail à faire rêver. Pourquoi? Ah. Parce que mon rêve, c’est d’écrire. Ce que je fais déjà, et tu le sais.

T’sais, quand tu dis aux gens qu’on rencontre que c’est moi, qui aie écrit L’éphémère? Eh ben, c’est ça. Sauf que là, j’ai envie de plus, tu vois? J’ai envie de prendre le temps d’écrire des tonnes de livres, d’articles, comme celui-ci. De travailler sur mes projets de documentaires, de pouvoir dire « oui » à toutes les invitations d’entrevues médiatiques, parce que je serai disponible.

la casquetteC’est quoi le rapport avec ta casquette? Eh ben, c’est que plusieurs personnes ont tenté de m’en dissuader. « Personne vit de sa plume, au Québec! », « Tu devrais te garder une job stable, au moins 2-3 jours semaine, au cas », « Hey, c’est pas facile, vivre dans l’insécurité financière ». Après des mois de doute, de peur, de craintes (celles des autres peut-être plus que les miennes), j’ai fait le move. Ce matin, c’était le premier matin de ma vie où je me levais pas pour aller travailler.

Si ton papa fait partie de ces gens-là, qui ont tenté de me dissuader de faire ça? Oh, non. Au contraire. Lui, il veut que je m’épanouisse. Et il sait que c’est via l’art que j’y arriverai. Parce que c’est ça, l’amour. Mais ça aussi, je t’en reparlerai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s