Le poteau de clôture

J’ai le poteau de clôture fragile. Bah oui, que voulez-vous, c’est comme ça. Je suis une hypersensible, turbo-sensible, même. Ultra sensitive, réactive, sur le qui-vive.

Hypervigilante, hyperactive et anxieuse.

Même quand tout va bien, quand mon jardin est verdoyant, quand ma pelouse est en santé, que mon chez moi est à mon goût, que la température est, pour ainsi dire, parfaite, je pense à mon poteau de clôture qui commence à avoir un p’tit angle.

Une voisine mécontente, un délai d’attente qui se prolonge, la perception d’une irritation chez une tierce personne. Et tout le reste fout le camp.

Même si je SAIS que tout le reste va bien. Que tout le reste est impeccable, même. Mais le p’tit maudit de poteau me titille. Je ne vois que lui.

Le poteau de clôture, c’est une expression que j’ai librement emprunté à Martin Larocque, comédien et conférencier.

J’ai assisté à une de ses conférences dans le cadre des journées régionales du TDAH. Et il a parlé de cet homme qui était venu à lui, maugréant contre la vie. Martin a tenté de savoir ce qui n’allait pas. Sa relation avec sa femme, peut-être ? Non. La relation avec ses enfants ? Même pas. Son job ? Il l’adore. Mais il y avait un conflit avec un voisin concernant…un poteau de clôture.

Et j’ai compris que ce gars-là et moi, on avait beaucoup en commun. On tend à oublier que la vie va bien, quand un petit pépin se présente. Comme s’il n’y avait plus que ça dans le chemin. Comme si tout le reste s’écroulait, ou devenait moins beau, moins bien, moins important.

Depuis que j’ai assisté à sa conférence, chaque fois qu’il y a un petit irritant, je me répète que, au bout du compte, ce n’est qu’un poteau de clôture.

Publicités

Une réflexion sur “Le poteau de clôture

  1. Bonjour Stéphanie.. excellent un poteau de cloture. Sur le coup j’ai cru que c’était une expression canadienne ;-))
    C’est en tout cas une excellente image. Elle peut à coup sûr permettre de dépasser une angoisse subite, pourquoi pas.. Je lisais il y a peu un livre qui a été écrit pas un ex-membre de Navy Seals (pas le sniper). Il confiait ressentir souvent l’angoisse, la peur, l’hésitation qui sont bien entendu impossibles dans ses activités. Il se concentrait alors sur « son mètre ». Uniquement sur ce qu’il y avait 1 mètre devant lui. Et bien crois-le si tu veux, cela lui a permit de se sortir de beaucoup de soucis.
    J’ai voulu tester car, comme tout le monde, j’ai moi aussi mes soucis d’angoisse, et bien cela marche !!
    Je pense que tout ceci est psychologique. En fin de compte, te concentrer sur le poteau de clôture, le mètre ou pourquoi pas le poisson rouge du voisin te permet en fait de « sortir » de ton angoisse… tout au moins temporairement et passer outre…
    Tous les moyens sont bons bon vaincre ses tourments… alors, trouvez votre poteau et la vie sera meilleure… ;-))
    Bien à toi
    Amitiés de France
    JL

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s