« Ils ne vont pas bien, ceux qui intimident »

On en parle de plus en plus, ces derniers temps.

Le suicide de Marjorie Raymond n’y est pas étranger.

Ça existe depuis longtemps.

Ça laisse des traces depuis longtemps.

Certains ne s’en sortent pas.

Certains se tuent, afin de tuer la souffrance qui les avalent tout rond de l’intérieur, ne voyant aucune issue, n’en pouvant plus d’espérer, en vain.

Certains survivent. Mieux que ça, certains vivent.

C’est le cas de Vicky. Cette maman de 34 ans que j’ai connue grâce à Twitter. Qui, il y a quelques semaines, dans le cadre des « jeudi confession », a confessé s’être fait intimidée étant plus jeune, s’être fait uriner dessus, tabassée. Mais qu’elle y avait survécu.

Je lui ai écris. Il fallait que je lui parle. Pour moi, pour avoir espoir qu’on s’en sort. Pour les autres, pour qu’ils constatent la même chose.

Elle a accepté de me rencontrer.

J’arrive avant elle. Je m’installe à la table du restaurant, en lisant le journal. « Stéphanie? ». C’est elle. Je lui fais la bise. Comment ne pas accueillir quelqu’un de façon chaleureuse quand je sais que je la ferai replonger dans des souffrances, dans des blessures affectives intenses. Quand je sais que dans quelques heures, elle aura changé ma vie un peu, beaucoup. Quand je sais que je la verrai telle qu’elle est, avec ses vulnérabilités, ses plus grandes craintes, ses pires souvenirs, ses pires secrets.

J’ai, assise devant moi, une femme. Et une enfant. Une enfant blessée, devenue femme, devenue mère, amante, amie. Et elle me parle comme je vous l’écris; par flash, par « souvenirs photos », par bribes.

En 4e année, quand elle est déménagée à Rigaud. Qu’elle était la petite nouvelle, que tout le monde regarde, sous toutes ses coutures. Une premier geste d’agression : un enfant prend ses ciseaux et coupe la manche de son chandail dans l’autobus. La honte. La crainte d’être punie. La culpabilité de savoir que sa famille n’a pas beaucoup de sous, que c’est sa mère qui confectionne ses vêtements et qu’un chandail, ça vaut bien plus qu’un simple morceau de tissu. Vicky le cache dans sa poubelle, sous ses retailles de papier, enfoui, effaçant toute trace de son existence.

Vicky qui se fait enduire les cheveux de goudron. Qui doit couper ses cheveux très courts pour en venir à bout.

Vicky qui se fait bousculer dans les marches. Qui fend son coude. Qui se fait dire de se la fermer, si non, elle se fait péter l’autre coude. Vicky qui va à la salle de bain, enroule sa blessure dans du papier de toilette, et la camoufle sous son chandail. Vicky qui, à la fin de la journée, a ses tissus adipeux et ses globules qui ont commencé leur travail de cicatrisation. Avec le papier de toilette pris dans sa peau. Qui doit aller à l’hôpital, se faire vacciner contre le tétanos, se faire coudre le coude.

Vicky qui arrive à l’école le lendemain et qui se fait dicter par la personne qui l’a bousculée de retirer son pansement. Et qui tire, un à un, sur ses points de suture.

Vicky qui se fait une amie. Une victime d’intimidation, comme elle. Mais qui ne se défendent pas l’une l’autre lorsqu’elles se font maltraitées respectivement, parce qu’elles ont peur. Parce qu’elles sont peut-être soulagées, quelque part, de ne plus exister pour autrui pendant que l’autre est la cible des intimidateurs.

Vicky qui se fait mettre le feu à son manteau, qui se fait faussement accuser par son enseignant de fumer en cachette. Vicky qui se fait couper les cheveux dans le cours d’arts plastiques. Vicky qui se fait faussement invitée à une fête d’anniversaire, pour se faire uriner dessus par 5 garçons.

Elle s’est faite une amie; une nouvelle, jolie, avec un corps de rêve. Populaire, appréciée des autres. Qui refusait toute invitation à moins que Vicky ne soit invitée. « Elle en a refusé, des invitations. Mais elle voulait rester avec moi. Elle disait que c’était avec moi qu’elle s’entendait bien, avec moi, qu’elle était amie. Je ne voulais pas qu’elle se tienne avec moi; je savais que ça lui nuirait ». Mais elle s’est tenue avec elle. Pendant 6 mois. Parce qu’elle a du déménagée; son beau-père l’avait agressée sexuellement et elle partait ailleurs avec sa mère. « J’avais tellement de peine pour elle. Et j’avais de la peine pour moi : je savais que si elle n’était plus là, je n’étais plus protégée par sa popularité. Que j’allais redevenir Vicky qui se fait écoeurer ».

Vicky qui, à nouveau, ne veut pas exister. Qui préfère passer inaperçue plutôt que de subir.

Jusqu’à ce que son père soit malade, lorsqu’elle avait 15 ans. Qu’elle pleure devant son casier, que son intimidatrice principale passe devant elle en l’insultant. Que Vicky la rentre dans la case, en lui disant « Ta gueule ».

Jusqu’à ce que son père meurt, que Vicky pleure à nouveau, que cette même intimidatrice la nargue encore. Et puis, black out total. Dans le bureau du directeur. L’autre fille avec le nez en sang. Vicky qui menace de se faire suspendre.

Puis, elle a commencé à vivre. À se faire des amis. Elle a fini son secondaire, rencontré son copain peu de temps après, et a eu deux belles filles. Aujourd’hui, elle a une garderie en milieu familial. Elle est heureuse, elle est bien entourée par ses amies, qu’elle a sélectionnées avec un grand soin.

Son intimidatrice s’est lancé devant un camion quelques années après que Vicky ait eu terminé son secondaire; elle n’est pas allée à ses funérailles. Trop honnête pour ça. Trop intègre pour faire semblant. Cette jeune fille avait fait deux tentatives de suicide avant celle qui a « fonctionné ». « Elle n’était pas bien, elle n’était pas heureuse. Ils ne vont pas bien, ceux qui intimident ».

Son amie qui se faisait aussi intimider avait aussi fait une tentative de suicide au secondaire. Vicky ne réalisait pas que son amie souffrait tant de la situation. Aujourd’hui, elle est dangereuse pour elle-même. On l’a internée puis, on l’a diagnostiqué « schizophrène ».

Et Vicky? « J’ai déjà pensé au suicide mais je n’ai jamais pensé que je le ferais. Pour moi, c’était un processus. Je savais que ça finirait un jour ».

L’espoir.

« J’ai toujours cru que j’était faible ». Encore aujourd’hui, elle est surprise que quelqu’un s’intéresse à elle, à son histoire. Comme si elle croyait encore ce qu’on lui avait raconté pendant tellement longtemps : qu’elle ne valait pas la peine qu’on s’intéresse à elle. Ou que si on le faisait, c’était pour la faire souffrir, et non pas pour comprendre, pour partager sa douleur. Et qu’alors, elle n’avait plus voulu qu’on s’intéresse à elle, qu’on la voie, qu’on la regarde, qu’on sache qu’elle existe.

Encore aujourd’hui, Vicky se traite de niaiseuse quand elle pleure; on l’a tellement niaisée quand elle pleurait à l’école. Et ça ravivait les agressions verbales. Alors, elle tentait de se retenir.

Encore aujourd’hui, Vicky dit que c’est niaiseux, quand elle me raconte des choses d’elle, de son présent, de sa famille, de son chum, de ses filles.

Parce que Vicky, elle a voulu outillé ses filles, qui ont 9 et 13 ans aujourd’hui. Elle a voulu les sensibiliser au mal que ça peut faire d’intimider quelqu’un. Elle a voulu qu’elles soient en mesure de se défendre, de s’affirmer. Et malgré tout ce que Vicky a fait pour ses filles, malgré ce qu’elle leur a dit, je crois que le plus beau de son travail de maman, c’est qu’elle a aimé ses filles. Et qu’elle leur a fait sentir. Qu’elle leur a ainsi permis de se construire en tant qu’êtres humains, de bâtir leur estime de soi. Pour qu’elles sachent qu’elles valent la peine qu’on les traite avec respect, qu’on les aime, qu’elles n’ont pas besoin de faire du mal pour avoir du pouvoir, des regards, de l’attention.

Vicky est forte, malgré qu’elle se croie faible. C’est d’ailleurs une caractéristique de certains gens forts; ils ignorent qu’ils le sont.

Une jeune fille de 18 ans, aussi rencontrée sur Twitter, a écrit « Elle est courageuse, Marjorie ». Tout de suite, Vicky lui a adressé un message. Depuis ce temps, elles correspondent. Vicky agit à titre de confidente, de source d’inspiration.

Il ne faut pas être courageux, pour se suicider. Il faut avoir arrêté de vouloir exister aux yeux des autres puis, à nos propres yeux. On ne renait pas du suicide sans souffrance. On ne renait tout simplement pas. Mais on survit, à l’intimidation. On peut même vivre.

-Stéphanie Deslauriers

Publicités

7 réflexions sur “« Ils ne vont pas bien, ceux qui intimident »

  1. Merci à toi et à Vicky de nous partager cette histoire. Je n’ai jamais cru que les intimidateurs étaient heureux. Ils vivent avec leur conscience… car cerains en ont une, j’en suis certaine.

    Merci à toutes les Vicky d’être si courageuse et si forte!

    • Merci beaucoup a Stephanie d’avoir été aussi facile d’approche. Te parler de tout cela m’as enlever un poids qui pesais sur mes épaules depuis si longtemps. Merci aussi a tout ceux qui ont lus mon histoire ! .J’espere avoir aidez au moins une personne!

      • en fait, ça t’a aidé toi; la voilà, la personne que tu as aidée :) et à lire les témoignages des autres, on ne peut que constater que tu as su toucher beaucoup de gens..

      • Bonjour Vicky, je m’appelle Guillaume et je suis Asperger, j’ai également un texte contre l’intimidation, merci de me dire ce que tu en penses, il est sur ce blogue! J’ai vraiment aimé ce que j’ai lu à ce sujet. Je vois que ce fut extrêmement difficile pour toi, moi je n’ai pas subi beaucoup d’intimidation mais je vois les ravages que ça fait!!!! Stéphanie a un grand coeur! Tu as été approchée par une femme merveilleuse et tu en es une aussi de lui avoir donné beaucoup de temps pour cette entrevue. Passe une belle journée, j’ai hâte de lire tes commentaires au sujet de mon poème Vicky! xxxxxx
        Guillaume Bertrand

  2. Quelle terrible histoire. Que de force à en retirer au travers de cette tranche de vie si noire. Je tire mon chapeau à Vicky pour l’avoir surmonter et en faire une force à présent en tentant d’inculquer des valeurs saines à ses enfants… Bravo à elle… Respect

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s