Répare-moi

Combien de fois me suis-je demander, en regardant Tommy (nom fictif), du haut de ses huit ans (alors qu’il en a physiquement et mentalement l’air de trois), dans son pyjama de Spiderman, crier à en devenir rouge de rage, à en pleurer, alors qu’il me prolifère des injures du genre « J’vas te tuer, salope, tu m’fais chier, j’t’haïs », pourquoi ce n’est que « sur » lui que je suis en train d’intervenir? Pour l’aider à se calmer, à ne pas se blesser, à ne pas me blesser. Pour l’accompagner lorsqu’il va pleurer, quand la crise sera passée, quand l’événement traumatisant qui aura fait resurgir ces émotions et ces craintes chez ce tout petit enfant sera estompé.

Combien de fois me suis-je, en regardant Roxanne (nom fictif aussi), abandonnée par sa mère polytoxicomane alors qu’elle était toute jeune encore, qui ne comprend pas ce qu’elle a fait pour mériter cet abandon, qui ne comprend pas pourquoi sa mère ne l’a jamais aimée car, « si elle l’avait aimée, elle n’aurait pas sniffé de coke devant elle jusqu’à l’âge de 10 ans » (on comprend qu’après ce moment, sa mère n’y était tout simplement plus), que c’est cette jeune femme qui paye le prix du mal-être de sa mère?

Alors que ces parents mal en point (c’est bien peu dire!) ne reçoivent pas d’aide, pour être plus adéquats auprès de leurs enfants. Parce que soit ils n’en ont pas envie, soit ils n’en voient pas la nécessité, soit ils en sont obligés par la loi mais que, faute de budget, ils n’ont pas la possibilité de voir leur intervenant sur une base régulière (un travailleur social du Centre jeunesse a environ 40 cas dont il doit s’occuper).

Alors, on tente d’éteindre des feux, d’aider les enfants à se construire ou plutôt, à se déconstruire pour mieux se reconstruire. Sans jamais aller au fond du problème, au cœur du bobo : les parents.

Marie-Claude Malboeuf signe trois articles dans La Presse, dont un en lien avec la réadaptation des parents chez les jeunes placés en Centre jeunesse.  Bonne lecture.

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201102/26/01-4374279-readapter-les-parents.php

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201102/26/01-4374277-dora-et-le-petit-chat-sauvage.php

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201102/26/01-4374274-bienvenue-aux-soins-intensifs-de-la-dpj.php

-Stéphanie Deslauriers

Publicités

2 réflexions sur “Répare-moi

  1. Salut Steph,

    Voilà ma vision de la chose,

    Pour tenter de conserver un peu d’espoir en nos interventions, j’essaie de croire qu’en intervenant auprès de Tommy et Roxanne comme tu le fais, tu contribues à ce que leurs enfants à eux, ne l’auront pas aussi difficile que ton petit spider-man et ta ptite championne.

    Peut-être qu’en réalité, c’est une forme de support aux (futurs) parents.

    Je crois que c’est triste, je sais pas si c’est défaitiste, je suis certain que ce n’est pas optimal mais bon… Certainement, notre système a besoin d’amélioration… Voilà en quoi ton blogue est pertinent, il nous permet, ensemble et maintenant de se pencher sur la question.

    Jean-Pierre

    P.S.: C’est très agréable de te lire Stéphanie. Stun maudit beau blogue.

    • Je crois que ta vision de l’intervention fait du sens. Du moins, ça donne de l’espoir pour la suite des choses. C’est certain qu’une limite de notre métier est de ne pas voir des résultats immédiatement, comme c’est le cas pour les médecins, par exemple.

      Si effectivement notre travail peut permettre de briser ou du moins, d’amoindrir le cercle de la violence, alors on peut être fier de nous.

      Merci de ton commentaire, Jean-Pierre; je dirais même que « stun maudit beau commentaire ». :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s